Sélectionner une page

Pour débuter cette année 2015, HelvetiBox vous emmène découvrir les plaisirs culinaires du bout du lac Léman. Afin de nous servir de guide, une personnalité du canton nous livre ses secrets, nous parle terroir et cuisine ! Découvrez l’interview de Laurent Nicolet.

L’humoriste genevois a gentiment accepté de nous servir de guide à la découverte de son terroir. Révélé au grand public il y a une vingtaine d’années, avec son personnage de Hans-Peter Zweifel, un fonctionnaire tip top à l’accent suisse-allemand, il a depuis réalisé de nombreux spectacles à succès. Tous les matins, de 7 h à 9 h, il est à l’antenne de Radio One FM. Son Gen’vois staïle, une parodie du Gangnam Style, fait un tabac sur YouTube avec plus de 1 million de vues ! Voir la vidéo ici :

 

Laurent Nicolet, vous êtes depuis quelques années un expatrié genevois en terre vaudoise. Comment s’est passé l’intégration ? Est-ce que vous êtes maintenant plus papet et saucisson vaudois que cardons et longeole ?

Effectivement, comme je le dis dans mon spectacle “J’ai trop d’amis!”, vous savez ce qu’est un Vaudois ? C’est un Genevois qui a trouvé un appartement ! Pour moi, l’intégration s’est très bien passée (rire), je paie mes sacs poubelles, je fais des dénonciations anonymes et surtout je roule lentement (re-rire). Bref, je me sens presque Vaudois, même si je n’arrive pas encore à dire huitante au lieu de quatre-vingt… Côté nourriture, je fais dans l’exotisme : du saucisson vaudois aux cardons, accompagné d’un bon verre de Rivella rouge millésimé évidemment !

 

D’ailleurs, qu’est-ce que ce plat (longeole, cardons, lentilles) typiquement genevois vous évoque ?

Comme tout bon Genevois qui se respecte, ce plat m’évoque mes 1ères années d’existence. Les mamans genevoises font des biberons à la longeole pour leur bébé. Plus sérieusement, j’ai dû manger 2 ou 3 fois de la longeole avec des cardons quand j’étais gamin chez ma grand-mère qui habitait les Pâquis, mais ça ne m’a pas laissé un souvenir impérissable.

 

Selon vous, qu’est ce qui caractérise le terroir (staïle) de Genève ?

Ses vins qui se sont grandement améliorés depuis quelques années et surtout les bouchons sur les routes genevoises qui n’ont cessé d’augmenter au fil des ans. Il y a également pas mal de bières genevoises, comme par exemple la Calvinus ou la Vélosophe.

 

S’il ne devrait exister plus qu’un seul et unique produit culinaire genevois, lequel choisiriez-vous ?

La marmitte de l’Escalade évidemment !!!

 

On a lu que vous n’êtes pas le plus doué en cuisine et que vous laissez plutôt les commandes à votre femme d’origine afghane. Il paraît que la lentille a souvent sa place dans la cuisine de ce pays, est-ce que vous auriez par hasard une recette pour apprêter des lentilles genevoises à la sauce afghane ?

Plus que les lentilles, c’est surtout le riz qui est omniprésent dans les repas afghans. Depuis que ma femme m’a fait découvrir le riz afghan, il m’est devenu impossible de manger du riz blanc, genre Oncle Ben’s, insipide. Côté recette, j’ai juré à ma moitié de ne pas révéler le secret du riz perse, sous peine de finir dans une geôle de Guantanamo !

 

On a fouillé dans votre site internet et découvert des pages inédites, notamment une recette de salade de cervelas proposée par l’illustre « Hans-Peter Zweifel ». Vous n’auriez pas une AUTRE recette à partager ?

Le must culinaire made in Hans-Peter Zweifel reste quand même le cake au Cénovis fourré au Parfais et son coulis de Sinalco tiède, mais la recette est gardée secrète dans un coffre fort de l’UBS dont lui seul a la clé…

 

Bonus: Recette de la salade de cervelas de Hans-Peter Zweifel

“Alors, première étape, choisissez un cervelas de bonne taille, comme par exemple la taille de… euh… de bonne taille, okay?

Deuxième étape, découpez-le en rondelles comme un salami Rapelli et arrosez avec la vinaigrette d’huile de FA18 et du vinaigre de géranioum.

Troisième étape, saupoudrez de pignons de Lucerne et de gelée de Rivella rouge, salez, poivrez.

Quatrième étape et étape finale, flambez le tout au Rimuss et servez tout de suite. Décorez avec des rondelles de lemon okay!?!”

 

 

P.S. Si vous n’avez pas tout compris des paroles du Gen’vois staïle, vous pouvez consulter ce lien qui propose un décodage (officieux) des plus intéressants !

Image : photographe Joël Barras